des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

« Un des thèmes les plus mystérieux du théâtre tragique grec est celui de la prédestination des fils à payer les fautes des pères. Il importe peu que les fils soient bons, innocents, pieux : si leurs pères ont péché, ils doivent être punis ! » (Pasolini, La Jeunesse malheureuse).

En lisant ces lignes aujourd’hui, et en considérant ce que depuis trois générations nous avons fait subir à la nature, une évidence me saute aux yeux : il n’y a plus de mystère. Extinction massive des populations animales, réchauffement climatique, pollution de l’air des terres et de l’eau : le constat est effrayant (en tout cas moi, il m’effraie) et le message des Grecs est limpide. Les fils paieront les fautes des pères : leur inconscience, leur boulimie, leur incroyable désinvolture.

Il faut malheureusement ajouter que les enfants, de plus en plus nombreux, vivent à leur tour, la plupart, comme ont vécu leurs pères, et perpétuent en les multipliant les raisons de la catastrophe. Les fils paieront aussi les fautes des fils.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives