« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

« Il faut autant qu’on peut obliger tout le monde ».

C’est un drôle de verbe, obliger. Il signifie à la fois contraindre et rendre service. « Vous m’obligez » peut ainsi se comprendre comme « vous m’imposez quelque chose » et « vous me faites une faveur ».

Dans l’actuel débat sur l’opportunité de rendre la vaccination anti-Covid obligatoire, le terme, au fond, est assez bienvenu. Si l’on obligeait les gens à se faire vacciner, ce serait d’abord pour les forcer à prendre soin de la santé des autres (et accessoirement de la leur). On les obligerait en quelque sorte à obliger leur prochain, en les contraignant à lui rendre service. Obligation universelle et générale, dans tous les sens du mot.

Je sais que c’est un sujet polémique, mais pour ma part j’y suis favorable. Malgré la sympathie que je puis éprouver par ailleurs pour certains réfractaires, je suis loin d’être convaincu par leurs arguments. Nanoparticules, magnétisme, dictature, tout ça est globalement assez vaseux. Affirmer, après Wolinski, que « la majorité n’a pas le droit d’imposer sa connerie à la minorité », soit. Mais il ne s’agit pas non plus que ce soit l’inverse. Ceci dit sans vouloir être désobligeant.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Bruno SERIGNAT

Je suis également favorable à une vaccination obligatoire. Après tout, c’est bien le cas pour le vaccin contre la fièvre jaune lorsqu’on se rend en zone d’endémie. Toutefois, une question m’interpelle : nos dirigeants nous expliquent que 98% des résidents en EHPAD sont vaccinés; dès lors, si le vaccin est si protecteur, pourquoi obliger le personnel à se vacciner à son tour et traiter les réfractaires comme des criminels ? À chacun de prendre ses responsabilités…

Prochains spectacles
Archives