Novembre

Paysage de bruine et de brume
Paysage ouaté de bruits étouffés
Bois fendu lumière incertaine
Jour sans relief
Ciel sans couleur
Sentier sans horizon
Marche sans hâte

Ton chien court joyeux dans les fourrés
Une buse s’envole
Tu as de la boue sur tes bottes
De la buée à ta fenêtre
Et à ton âme la moiteur
Des sols morfondus et des nuits douillettes

Te voici au bout de novembre
La nuit tombe tu rentres chez toi le feu crépite
Elle te dit bonsoir te happe dans ses yeux
Passe ses bras autour de ton cou
Te serre contre elle
Et verse entre tes lèvres une rasade d’amour pur

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires