des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

À Bethléem il n’y a pas qu’une grotte : il y a aussi un mur. Il est assez impressionnant à voir. Il est formé d’un assemblage de blocs de béton de cinq ou six mètres de haut, et se dresse en pleine ville, coupant les rues qu’il traverse en deux, longitudinalement pour la plupart, perpendiculairement pour d’autres. J’imagine que les Israéliens ne l’ont pas construit de gaité de cœur, parce qu’il rappelle les murs qui avaient été érigés autour des ghettos pendant la guerre. Mais enfin, il est là.

L’artiste Banksy en a fait un support de street art. Il a aussi eu l’idée de créer face à lui un hôtel « avec la pire vue au monde », qui a ouvert il y a quelques mois sous le nom de Walled Off Hotel. Le prix des chambres varie de 30 à 965 dollars.

Autre jour, autre endroit. Alors que notre car roule à travers la campagne israélienne, nous longeons soudain un nouvel alignement de hauts blocs de béton.
— Tiens, dit quelqu’un, c’est bizarre, le mur de séparation passe aussi par ici ?
— Non, répond le guide, ça c’est une prison.
— Ah !… En tout cas, c’est le même fournisseur.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives