des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Le Saint se tient dans l’ombre, les yeux écarquillés. On dirait qu’il se cache, derrière un pilier, et qu’il fuit quelque chose ou quelqu’un. Il a peur. Mais ce n’est pas forcément de ce qui le suit qu’il a peur. C’est peut-être de ce qu’il a devant lui, de ce qu’il pourrait entrevoir dans l’obscurité du futur : quelque chose de sombre comme la mort éternelle, un doute sur l’existence de Dieu.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives