des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Il paraît qu’alors qu’il discutait des plans du palais de l’Escurial avec son architecte, le roi Philippe II d’Espagne avait dit : – Faisons quelque chose qui fera dire au monde que nous étions fous.

C’est une ambition curieuse. L’envie de laisser une trace me paraît déjà en soi bien vaine, mais celle de laisser la trace de sa folie dépasse mon entendement. J’observe cependant qu’elle a de tout temps taraudé les hommes, et spécialement les grands de ce monde. Ceux d’aujourd’hui semblent envisager de l’assouvir sur le mode de la destruction plutôt que de la construction. Je ne cite pas de noms, mais on pourra aisément en observer quelques spécimens à l’œuvre, que ce soit en Amérique (du Nord ou du Sud), en Asie, ou même simplement Outre-Manche.

Une réponse à Les plans de l’Escurial

  • Voilà des allusions à peine voilées à des hommes politiques dont je ne suis pas sûr qu’ils laisseront une si mauvaise image d’eux-mêmes à leurs peuples respectifs. Tu aurais pu étendre ta méfiance jusqu’à un certain président gérontophile qui détruit son pays au profit d’une entité supranationale antidémocratique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives