« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

le temps du tango ferré

Je prépare en ce moment un spectacle sur Léo Ferré, dont nous fêterons en août le centenaire de la naissance. J’ai le privilège de le faire avec Céline Caussimon. Nous en ferons la création cet été à Amou, et je ne me suis naturellement pas privé des grandes chansons de Ferré composées sur des paroles de Jean-Roger Caussimon, père de la sus-dite.

Parmi celles-ci, ma préférée est peut-être Le temps du tango. Elle appartient au genre rare de la nostalgie gaie. Le tango y devient une métaphore parfaite de la jeunesse. « Ah ! C’que les femmes ont pu me plaire, et c’que j’ai plu !… J’étais si beau… Faudrait pouvoir faire marche arrière, comme on fait pour danser l’tango ». Humour, autodérision, tendresse… Celle-là, j’aurais aimé l’écrire.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives