des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

J’ai tendance à penser (et je le dis volontiers en cette journée des droits des femmes) que les choses vont mieux quand davantage de femmes sont en position de pouvoir un peu partout dans les organisations humaines. L’entre soi masculin n’est pas bon.

Je parlais hier de l’Eglise. Comment ne pas se dire qu’elle gagnerait beaucoup à ne pas être dirigée que par des hommes ? Il ne s’agit pas seulement des affaires dans lesquelles elle est empêtrée. Il s’agit du fait qu’une sensibilité féminine puisse s’y exprimer et s’y épanouir à égalité avec celle des hommes. Aucune femme ne célèbre jamais la messe, aucune femme ne prononce jamais d’homélie, aucune femme n’éclaire jamais la parole de Dieu par sa parole à elle.

Pourquoi ? Pourquoi travestit-on toujours la part féminine de Dieu ?

6 réponses à La part féminine de Dieu

  • Saint-Pierre, le premier pape, était marié. Les prêtres ont pu se marier jusqu’au XIIe siècle. Je me retrouve, finalement, très traditionnel puisque je suis en faveur de la liberté des prêtres en ce qui concerne cette question.

  • Ii y a des femmes pasteur, des femmes rabbins… les religions les plus archaïques n’ont encore fait le pas (des femmes diacres, cependant), elles y viendront ou disparaitront.

  • Une religion qui se transforme est une religion qui meurt : le dogme ne se discute pas, il ne se change pas. Les musulmans en sont la preuve tangible : seul le Coran est leur lumière et les écrits y sont définitivement figés (les interprétations n’y sont que périphériques). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’Islam a tant de mal à s’adapter au monde moderne, notamment occidental, en refusant d’abandonner (entre autres) ses velléités théocratiques. La chute de la religion catholique a commencé avec Vatican II : au lieu de récupérer des fidèles en se “modernisant”, cette religion les a éloignés. Je pense sincèrement que ce recours sans cesse renouvelé au “progressisme” dans l’Église a été perçu comme dangereux par le Saint Siège et c’est la raison pour laquelle la fin du célibat des prêtres n’est certainement pas pour demain. La “part féminine” de l’Église catholique devra s’exprimer autrement.

    • Depuis Pierre et Paul, l’église n’a fait que se transformer, en particulier sous l’impulsion de grands saints. Pourquoi devrait elle s’arrêter au 19 ème siècle ?
      Croire que l’islam est figé depuis Mahomet est un aussi une méconnaissance de cette religion et de son histoire.

  • Il y a des femmes qui font des homélies lors dobséques sans prêtre.
    Je pense que ça évolue….lentement….Certes
    je suis bien d’accord…On a besoin de complémentarité partout

  • Absolument!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives