des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Ryokan, moine zen et poète… Vers l’âge de quarante ans, après avoir pendant de longues années parcouru le Japon, il s’installe dans une cabane sur les pentes du mont Kugami. Il n’a rien, quelques objets, une paillasse. Il cueille, il mendie, il vit en ermite, et écrit : « Si quelqu’un me demande quelle est ma demeure, je réponds : le bord Est de la Voie Lactée ».

Un jour qu’il rentre d’une promenade, sa cabane a été visitée. Cela lui inspire un haïku :

Le voleur
a tout pris sauf
la lune à la fenêtre *

© Catherine Périn

Il disait aussi : « Ne dis pas que dans ma hutte, il n’y a rien. Plein la fenêtre, de l’air frais à partager avec toi ».

* traduction Cheng & Collet, éd Moudarren

Une réponse à La cabane de Ryokan

Répondre à chabot Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives