des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Nous avons fêté Noël avec Maman. Claudine a proposé que nous chantions. Nous avons commencé par deux ou trois chants de Noël, et poursuivi par des chansons que je l’entendais fredonner quand j’étais petit : L’eau vive de Guy Béart, et J’ai la mémoire qui flanche de Jeanne Moreau (un titre qui, tout en étant vraiment l’un de ses préférés, permettait aussi de s’amuser de la situation.)

Maman a joué le jeu, elle a essayé d’attraper par ci par là un bout de couplet. Elle y est arrivée plusieurs fois, et elle était ravie. Elle nous a fait reprendre « étaient-ils verts, étaient-ils gris, étaient-ils vert-de-gris » et « rien qu’un p’tit air qu’il sifflotait chaque jour en se rasant ». Sa respiration était si faible qu’on entendait à peine sa voix, mais ses yeux (je suis sûr qu’ils étaient bleus) brillaient.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives