des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Je viens de recevoir de l’association des Anciens Elèves d’HEC (laquelle se nomme maintenant HEC Alumni, puisqu’il faut, dans ce milieu des écoles de commerce — pardon, des business schoolssinger plus qu’ailleurs encore ce qui se fait dans le monde anglo-saxon), je viens de recevoir, disais-je, par voie électronique, une lettre qui me sollicite pour une interview.

— Tiens, me dis-je, voilà qui est sympathique. Cela fait… oh oui, au moins une douzaine d’années que mes anciens condisciples n’ont pas entendu parler de moi, car c’était, si je me souviens bien, à l’occasion de la sortie d’Il pleut au Paradis. C’est gentil qu’ils veuillent prendre de mes nouvelles…

Passées quelques lignes où l’on m’explique obligeamment ce qu’est une interview et à quoi ça sert, je prends connaissance des (nouvelles) conditions : un « tarif privilégié » de 5900 €, soit une économie de 4000 € par rapport au tarif habituel.

Je réfléchis.

2 réponses à Interview à péage

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives