des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

J’ai passé l’autre jour un moment passionnant avec un homme qui consacre son temps à l’étude des Hittites. Je ne connaissais rien des Hittites, à part ce qu’en savent ceux qui ont eu la chance de voyager en Égypte, c’est-à-dire que c’était un empire établi autrefois en Anatolie (l’actuelle Turquie), auquel Ramsès II avait infligé une défaite mémorable lors de la bataille de Kadesh. Je mentionnai donc le nom de Kadesh, pour faire état de mon maigre savoir.

— Mais savez-vous, me dit-il, que presque tous les historiens sont d’accord pour dire que cette bataille largement indécise s’est plutôt soldée par une victoire hittite, et non pas égyptienne ? Les deux empires se disputaient la suzeraineté d’un territoire situé du côté du Liban, et ce sont les Hittites qui l’ont obtenue.

—Mais alors, ces images de Ramsès en triomphateur, sur son char ?


— Il en était encore au début de son règne, il voulait une victoire éclatante, et c’est exactement ce en quoi il transforma cet affrontement peu glorieux, en en faisant graver un récit héroïque dans au moins six de ses temples.

Tiens, me dis-je, voici un magnifique exemple de « fake news » à l’antique. Nihil novi sub sole.

Mais mon interlocuteur me raconta également qu’à l’issue de cette bataille, il se passa une chose admirable : Hittites et Égyptiens conclurent un traité de paix et d’amitié aux termes duquel les deux empires se confièrent mutuellement un rôle d’arbitre au cas où des problèmes de succession dynastique viendraient à se poser à l’un ou à l’autre, et qu’il s’ensuivit une réelle entente entre les deux peuples (comme en atteste la correspondance cordiale échangée par leurs souverains) pendant plus de cent cinquante ans.

Tiens, me dis-je à nouveau, remettre ainsi, en dernier ressort, et de façon réciproque, les clés du pouvoir à son ancien ennemi, voici un magnifique exemple de relation internationale créative et audacieuse. Je me demande ce qu’en penseraient les politiciens de toutes farines qui aujourd’hui ne jurent que par leur propre peuple et leur propre nation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives