« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Il y a un mois, lors du sommet du G20 en Turquie, on pouvait lire dans Le Monde : « L’arrivée de la délégation saoudienne n’est pas passée inaperçue, avec la réservation de plus de cinq cents chambres dans le plus luxueux hôtel d’Antalya, un cortège d’une soixantaine de berlines blindées, suivies de seize camions affectés au transport des effets personnels du souverain ».

Les traditions nomades se maintiennent. Quand on m’avait opéré de l’appendicite (j’avais dix ans) le roi Ibn Seoud venait de subir une intervention dans la même clinique. L’établissement était encore tout tourneboulé de ce séjour. Toutes les chambres avaient été réservées pour sa suite et ses vingt quatre épouses. Il avait installé sa tente dans le jardin (à la manière de Khadafi à l’hôtel Marigny). Les rois arabes voyagent avec femmes et bagages à la tête d’immenses caravanes. Je regrette qu’avions et voitures aient remplacé les chameaux.

caravane © Pascal Boegli

A la vérité tous les rois ont plus ou moins fait de même. En France, les châteaux étaient vides. Quand François Ier allait à Chambord, tout un convoi le précédait : les meubles, la vaisselle, les tapisseries. Et puis on vidait Chambord et on transportait tout à Fontainebleau. C’était un déménagement perpétuel. Les rois de France, dans leur genre, étaient aussi des bédouins.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives