Fin de partie ?

On peut au Royaume-Uni démissionner et rester en poste. Voyez Boris Johnson, dont on annonçait le départ jeudi dernier. Il ne part pas. Il attend qu’on lui trouve un remplaçant, ce qui peut prendre des mois. Il est vrai que sa philosophie a toujours été de vouloir le beurre et l’argent du beurre (to have one’s cake and eat it, comme on dit en anglais), et qu’il est assez roublard pour y parvenir.

Les Britanniques en sont arrivés à un stade de la politique où ce qui se dit n’a plus grand chose à voir avec ce qui se fait. On affirme une chose, il s’en passe une autre. On signe un traité (voir le protocole nord-irlandais) mais on n’a aucune intention de l’appliquer. On confine tout le monde pendant le Covid mais on organise à Downing street des soirées arrosées.

Les mensonges de Johnson avaient apparemment fini par lui coûter son poste. Il est encore là. Certains disent que sa motivation réelle est de continuer à vivre le plus longtemps possible aux frais de la princesse. Lui dira : servir le pays.

© Marin Rowson / The Guardian

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires