« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

ciel-etoile

La fenêtre de ma chambre était grande ouverte sur les étoiles. De mon lit, je contemplais le ciel. Mon père était en train de mourir, et il me semblait que je pouvais guetter, là-haut, le signe de son dernier soupir.

Quel serait-il ? Je l’ignorais. Est-ce qu’une nouvelle étoile allait se mettre à briller ? Fallait-il au contraire s’attendre à ce que l’une d’elles s’éteigne ? Je fermai les yeux, les rouvris.

J’aurais été bien incapable de dire si un détail avait changé. Rien, apparemment, et cependant je continuais à guetter, sans raison, sans inquiétude, l’écho infinitésimal que sa disparition ne manquerait pas de produire dans l’ordre lointain du monde.

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
chabot

Oui chaque geste ici bas dérange les étoiles…merci pour ce partage

Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives