des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

J’envie quelquefois, sans nécessairement les admirer, ceux qui ont la faculté de broder sans fin sur un sujet sans jamais le croire épuisé ; ceux qui, grattant sans relâche les zones sensibles et irritables de leur existence, et ne craignant pas les redites, y trouvent en permanence de quoi alimenter leur art, comme si la matière s’en renouvelait chaque jour. Est-ce cela que j’envie, cette démangeaison impérieuse qui m’est semble-t-il épargnée ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives