des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Je n’ai rien écrit.

Je suis resté une bonne partie de la journée sans rien faire, un peu groggy, assis sur la terrasse au soleil, les yeux fermés, et j’ai réalisé que ma tête était pleine du chant des oiseaux.

Ça sifflait, croassait, piaillait, jacassait, comme il y avait longtemps que ça ne s’était pas produit. Et ce n’était pas dans ma tête, c’était tout autour de moi, dans les arbres, les haies, le ciel : des gazouillements joyeux, des trilles triomphales, toute la nature qui exultait, vibrait, pépiait son magnificat animal et sublime et rendait grâces à l’instant présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives