des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

​On ne veut plus enseigner la règle de grammaire qui disait qu’en français, « le masculin l’emporte sur le féminin ». J’approuve, tout en étant d’avis que ce n’est pas tant la règle qu’il faut changer que sa formulation.

On pourrait ainsi retenir celle qu’un fin linguiste propose sur un blog dont j’ai déjà parlé : « Dans le cas d’un groupe de genres divers, par commodité, on écrit au plus court ». Exemple trivial : la verge et le vagin se sont rencontrés. On ne se soucie pas de savoir ce qui est masculin ou pas.

On rappellerait dans le même temps qu’en français le genre dit masculin est en réalité la fusion des genres masculin et neutre qui existaient en latin et en grec. Dans cette perspective, on notera que c’est le masculin qui s’est fait partiellement neutraliser, pas le féminin (ce qui, venant du grec, ne nous étonnera pas).

Et puis tant qu’on en y est, je suggère qu’on s’interroge aussi sur les règles du solfège. « Une blanche vaut deux noires », est-ce un énoncé bien judicieux ?

Une réponse à Changer les règles

  • À tout vouloir changer pour un pseudo-souci de modernité, on finit par créer le chaos. Sauf que, ici, il s’agit d’une vraie tentative de subversion idéologique, histoire de remplacer le marxisme moribond. Il en est de même de l’écriture “inclusive”… No pasaran !

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives