« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Mon esprit me fait parfois l’effet d’un ces lacs volcaniques où des bulles — mes pensées — affleurent sans cesse à la surface. Elles se succèdent, s’enflent, s’irisent un instant, et éclatent, disparaissant pour la plupart sans retour avant d’avoir été seulement saisies par ma conscience. Il ne m’en reste rien que quelquefois une vague impression de couleur. J’ai beau chercher, c’est la seule trace qu’elles laissent en ma mémoire, et c’est ainsi que je sais qu’elles existent. Mais en vérité, tout ce que je peux en dire, c’est que je les oublie avant de ne les avoir pas connues.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Bruno SERIGNAT

Probable vieillissement de l’hippocampe, cette minuscule partie du cerveau chargée d’orienter et de pérenniser les pensées. Je subis, hélas, le même préjudice…

Prochains spectacles
Archives