« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

© Dibujos.net

Quand il eut à peu près l’âge que j’ai aujourd’hui, mon grand-père affirma, de manière quelque peu théâtrale, que son existence était derrière lui. Et moi, du haut de mes dix ans, je m’étais étonné qu’il prenne la peine d’énoncer une telle évidence.

Cette affirmation s’appliquant désormais parfaitement à mon cas, je m’apprêtais à mon tour à écrire quelques phrases sur le sujet quand le gamin qui subsiste en moi a resurgi et persiflé : — ça se voit, tu sais, à quoi sert de le dire ?

Ce jeune imbécile m’a fait douter. Ma plume est demeurée en l’air. Par conséquent, pour l’heure, je n’en dirai pas plus.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
annick c.

Et c’est faux ! Il te reste à découvrir de belles émotions qui sont le privilège de l’âge : la joie de voir naître, grandir et éclore tes petits enfants par exemple et de toucher ainsi du doigt “ta part d’éternité”, etc…

Prochains spectacles
Archives