Au quatrième top

A peine venais-je d’en évoquer le souvenir que le journal annonce sa disparition : l’horloge parlante va se taire définitivement, après quatre-vingt neuf ans de babil ininterrompu, nuit et jour, dimanches et fêtes, qu’il pleuve ou qu’il vente, été comme hiver, temps de guerre comme de paix.

Sa conversation était, il faut l’avouer, assez terne, et comme de surcroit, pour l’entendre, il fallait passer un appel surtaxé à 1,5€, plus grand monde ne s’y connectait. Elle psalmodiait sa litanie dans le désert. « Au quatrième top il sera 8h et 25 mn, bip bip bip bip ; 8h 25 mn et 10 secondes, bip ; 8h 25 mn et 20 secondes, bip », et ainsi de suite jusqu’à la minute suivante : au quatrième top…

Elle avait bien tenté il y a quelques années de rompre la monotonie de son discours en alternant toutes les minutes une voix de femme et une voix d’homme. En vain. Même en changeant l’air, écouter défiler le temps n’est plus dans l’air du temps. L’horloge parlante cessera donc de donner l’heure le 1er juillet prochain.

Je parle de l’horloge parlante officielle, celle qui nous vient des PTT et qui était gérée par Orange. Car il continuera d’en exister des copies. Un site nommé horlogeparlante.fr propose par exemple le même service pour 2,99€, tout en soulignant l’intérêt majeur de ses prestations : « Sans connaître l’heure, comment saurions-nous qu’il est temps de nous réveiller, d’aller au travail ou à un rendez-vous, ou encore de nous coucher ? L’invention de l’horloge est un évènement marquant dans toute l’histoire de l’humanité. C’est à partir de ce moment que le temps s’est écoulé à un certain rythme, chose que l’homme n’avait pas encore perçu avant jusque-là (sic).»

La qualité de telles explications vaut bien un doublement des tarifs.

 

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires