des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Cette maquette date de 2004, la chanson aussi. 


Sirène échouée
par arbon

En la réécoutant aujourd’hui, j’y retrouve des thèmes dont l’actualité se fait chaque jour plus aiguë : l’étranger, la peur de l’autre, l’agressivité qu’elle suscite. En retour, la sirène rejette la part d’elle-même qui ressemble aux terriens, et devient un poisson radical. Elle plonge, s’oppose, et mord.

Il y avait deux versions aux paroles : celle qu’on peut entendre ici (sur une musique de Raphaël Bancou), dans laquelle la sirène est désignée à la troisième personne, et son échouage décrit sur un ton objectif et presque détaché. Mais peu de temps après, je l’avais légèrement remaniée, pour aboutir à une seconde version, qu’on lira ci-dessous, dans laquelle la sirène disait “je”. Si je reprends un jour cette chanson, c’est cette version-ci que je chanterai.  

Une vague cette nuit m’a échouée sur le rivage
Je suis une sirène rejetée par la mer
Depuis des heures, blessée, je saigne sur les coquillages
Un enfant qui me voit court rejoindre sa mère

Sur terre je n’ai rien à faire
O rendez-moi à la mer

Des hommes s’approchent. Ils ont peur et me désirent
L’un me jette une pierre l’autre serre un bâton
Un troisième me touche et sent que je respire
Oh ! Me couvrir d’écailles, n’être plus plus que poisson !

Sur terre je n’ai rien à faire
O rendez-moi à la mer
sirene-le-grand-bleu-1.jpg
Je veux revoir les requins les murènes
Me retrouver au fond des froides eaux
Chanter sous les épaves et fouiller les carènes
Happer la chair livide des noyés en lambeaux

Sur terre je n’ai rien à faire
O rendez-moi à la mer

4 réponses à Sirène échouée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives