des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

J’ai aperçu à la télé un bref sujet sur un brave homme qui s’était présenté à une administration et avait eu la surprise d’y être répertorié comme mort.
– Y a marqué décédé, s’était obstiné le préposé.
Réponse de notre homme :
– C’est pas possible. Si je serais mort je serais le premier à le savoir.

Gunther-von-Hagens.png

Nous sommes le 11 novembre, et je ne peux m’empêcher de penser que cet homme, du point de vue de la mort, est un peu le pendant du soldat inconnu : un nom sans corps, contre un corps sans nom.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives