des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Un club de « managers de la culture » auquel j’appartiens encore m’invite à assister à une table ronde sur les produits dérivés. Je lis :

Les produits dérivés sont l’une des clefs de voûte du développement des ressources propres pour les lieux culturels. Mais entre les tongs, les magnets, les dés en porcelaine, les cravates et les livres, comment déterminer une stratégie pertinente et efficace ?

produits-derives-angry-birds.png C’est dit comme ça, candidement, mais c’est dit : le livre prend place désormais à côté des tongs, des chaussettes et des coques de smartphones. C’est devenu un gadget, on ne prend même plus la précaution oratoire de distinguer le livre promotionnel du livre tout court.

Les produits sont dérivés, et la culture, à la dérive.

Une réponse à Produits dérivés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives