des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Jean Sarzana, qui fut pendant de nombreuses années le directeur général du Syndicat National de l’Edition, vient de commettre, avec la complicité d’Alain Pierrot, un petit essai sur l’édition face au numérique. Comme je passe pour un spécialiste de ces questions, il a bien voulu m’en soumettre le manuscrit.

C’est une fort réjouissante lecture. Le sujet est traité de façon complète, synthétique, intelligente. Mais ce qui m’a particulièrement réjoui, c’est le style, très éloigné de celui des rapports plats, lourds et jargonneux qui est habituellement le lot de ce type d’opuscules. L’imparfait du subjonctif est manié avec subtilité, les périodes sont bien balancées, et parfois surgit au détour de l’une d’elles un alexandrin porteur d’une image insolite et drôle, comme cette évocation des éditeurs de Littérature avec un grand L, “brillants faiseurs de rois, grands dépendeurs d’andouilles”, du temps où ils étaient aussi célèbres que leurs auteurs.

Dieu, ou plutôt Saint Germain (des Prés), reconnaîtra les siens.

andouilles.jpg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives