des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Les lecteurs de ce blog connaissent bien Etienne Klein et savent qu’il est non seulement un physicien plein d’humour, mais encore un éminent composeur d’anagrammes.

Il vient d’en rassembler une sélection des plus remarquables, dans un ouvrage (Anagrammes renversantes, ou le sens caché du monde, Editions Flammarion) qu’il signe avec Jacques Perry-Salkow. Entre l’expression d’origine et sa dérivée anagrammatique, les deux compères glissent souvent (mais pas toujours) un petit texte explicatif ou poétique. Exemple :

L’ORIGINE DE L’UNIVERS
L’Univers a émergé d’un lieu mystérieux, disent les récits cosmogoniques, un lieu illimité et fertile, une sorte de tohu-bohu où titubaient la matière l’espace et le temps. Mais curieusement pas la lumière :  ce monde avant la lettre baignait dans l’obscurité, jusqu’à ce que la nuit se retire pour laisser place au premier jour. Au commencement,
UN VIDE NOIR GRESILLE

Naturellement, je n’ai pas pu m’empêcher de me creuser longuement la cervelle sur LES ANAGRAMMES D’ETIENNE, et moi qui me nourris beaucoup de mots, j’y ai découvert avec un soupçon d’horreur qu’en se livrant à cet exercice, L’AME DESINTEGRE SA MANNE… Mais comme j’y ai vu aussi que MARTINE MANGE DE L’ANESSE, cela m’a rassuré, je me suis dit que la race asine pourrait toujours me remplir l’estomac.

martine-et-l-ane.jpg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives