des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire
Pour l’enfant amoureux de cartes et d’estampes
L’univers est pareil à son vaste appétit
Dieu! Que le monde est grand à la clarté des lampes
Baudelaire

orographie sibérie orientale detail
J’ai été cet enfant. J’ai dévoré des atlas. J’ai imaginé des horizons incroyables, des peuples bigarrés, des fleuves sauvages, des aventures grandioses, des bivouacs rugueux, des fêtes flamboyantes, des costumes étranges, des bouts du monde féériques.

Le monde s’est désenchanté. A ceux qui disent que c’est un effet de l’âge, je réponds qu’évidemment ils ont raison. Mais il n’y a pas que ça. Il y a aussi l’uniformisation des paysages, l’idée que partout désormais il faut s’attendre à trouver un pick-up Toyota garé entre une affiche Coca-Cola et les néons d’un fast food.

Une réponse à La fin des voyages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives