« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Il y a, parait-il, dans notre propriété familiale à Amou, deux ou trois “coins à cèpes”. J’en ai entendu parler à plusieurs reprises, mais personne ne me les a jamais montrés. C’est un secret qu’on ne partage pas. Les gens qui les connaissent font volontiers de l’intox sur un tel sujet. Des bruits courent, des rumeurs : – Untel en a rapporté un plein panier. – Tu les as vus ? – On me l’a dit. C’est très vite contradictoire. De toutes façons, les champignons disparaissent aussitôt qu’apparus.

Cepes

J’en parlais avec mon voisin lors de mon dernier séjour. Il était en train de faire du brulis sur son champ. – Il parait, lui dis-je, que certains ont ramassé beaucoup de cèpes ce matin. – Ah ! Tiens… me répond-il en souriant, ce serait nouveau. – Pourtant, c’est ce qu’on raconte au village. Il éclate de rire : – Regarde, le sol est sec. Qu’on ne me parle pas d’aller ramasser des cèpes avec des sandales !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Prochains spectacles
Archives