« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Cette chanson, je l’ai écoutée des centaines de fois. Je ne m’en lasse pas. Elle doit être écrite sur des fréquences qui vibrent avec mon humeur profonde.

J’aime l’univers de Cohen, j’aime sa voix, j’aime le mystère de sa poésie. A thousand kisses deep : par mille baisers de fond.

Ce sont ces ambiances, ce mystère, ces rythmes (alternances de vers de 8 et 6 pieds) qui m’ont fourni une partie de l’inspiration de “Il pleut au Paradis”.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives