Le chant du vermisseau (II)

Vermisseau 1

De tout temps l’humain m’a traité comme un nuisible
Pourtant ce qu’il fait contribue
A ma prospérité c’en est presque risible
Et à celle de ma tribu

Dans ses bateaux jadis j’ai fait de beaux voyages
Longicorne ou phylloxera
Les transports m’ont aidé à prendre l’avantage
Et désormais c’est le climat
Phylloxera plein d’entrain

Troublant l’isothermie dont j’avais l’habitude
L’effet de serre m’enhardit
Je délaisse aujourd’hui les fixes latitudes
Je pars découvrir du pays

Le thermomètre monte et moi je prolifère
L’homme croit m’en empêcher mais
Ma larve a son secret ma nymphe a son mystère

                                                             à suivre

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires