Madame veau barrit

Il existe de nos jours une multitude d’auteurs méconnus, à qui il arrive d’avoir un coup de génie.

Tel est le cas d’Alain Prunier, fabuliste injustement obscur, à qui l’on doit ce concentré surréaliste de jeu de mots en vers :

Une génisse avait deux passions dans la vie :
De l’éléphant le cri et de Flaubert l’écrit.
Si bien qu’un beau matin, madame veau barrit.



Si la génisse lit, on peut imaginer que l’éléphant fait de même. Je trouve que celui-ci a l’air de sortir de la lecture des Mémoires de Guerre du Général de Gaulle.

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jacques langlois

Un lecteur sri lankais dirait même “Ex-Ceylan cet éléphant!”

mom

excellent cet éléphant….a+