Egéries (et j’ai ri …)

Fabrice est l’homme qui a, je crois, la place la plus extraordinaire dont puisse rêver un homme dans la presse française. Il est rédacteur en chef des pages culture de Marie-Claire, après l’avoir été de celles de Elle. Autrement dit il est au cœur du réacteur médiatique féminin. Il rencontre à ce titre les femmes les plus remarquables, les plus belles, les plus sensibles, les plus intelligentes de l’époque. Actrices, artistes, écrivaines, réalisatrices, chanteuses… Et bien sûr les icônes. Il a interviewé Sharon Stone, Angelina Jolie, Monica Bellucci, Sophie Marceau. Pour se limiter aux plus visibles (mais pas aux moins intéressantes).

Pourtant, sauf si on l’interroge, Fabrice n’en parle pas. Il préfère écrire sur les égéries des sixties, ces figures de la liberté qui régnaient sur les cœurs des yéyés et de Brian Jones. Il préfère évoquer Emily Dickinson, (poétesse américaine du XIXè siècle) ou vous faire découvrir Liliane Giraudon (poétesse française contemporaine). Il préfère vous entretenir de son projet de marcher sur les traces du parcours qu’effectua Gandhi en 1930, en Inde, lorsqu’il protesta à pied, plus d’un mois durant, contre la taxe sur le sel, allant de village en village, et rassemblant des foules de plus en plus considérables, avant d’être arrêté par les Anglais. Il préfère prendre sa guitare, et ressusciter un instant le plaisir nostalgique d’une époque perdue.

 
jones_gandhi.jpg
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires