des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

La semaine dernière, pour la soirée de clôture du festival Chantons sous les pins à Pontonx-sur-l’Adour, Alexis HK donnait son nouveau spectacle, intitulé Georges et moi. C’est hommage à Brassens subtil et plein d’humour, dans lequel il dialogue avec le maître, et commente ses chansons. Il s’autorise même à les actualiser, pour gommer ce qu’elles pourraient avoir de désuet. Ainsi, dans Mysogynie à part, il remplace Claudel par BHL comme auteur coupe-chique. Et dans Fernande, « après la prière du soir, quand il est un peu triste », exit le séminariste : le djihadiste entre en scène.

Après avoir interprété Le temps ne fait rien à l’affaire (« Quand on est con, on est con »), notre chanteur moderne fait même mine d’avoir un coup de découragement :

– Tu ne pourrais plus écrire une chanson comme celle-là aujourd’hui, Georges. Les choses ont bien changé. Les cons ont disparu.

Je conseille vivement ce spectacle à tous ceux près de chez qui il passera.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives