« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »
Le vermisseau !
Car qui se réjouit des émissions de CO2, CH4, NO2, etc. ? Les insectes, que le réchauffement climatique incite à une activité reproductrice euphorique. Plus précisément, le nombre de générations d’insectes susceptibles de voir le jour en une année augmente. On appelle cela le voltinisme. D’une ou deux générations par an, on est passé pour bon nombre d’espèces à trois, voire quatre… Cela fait que les larves prolifèrent. Le vermisseau abonde. J’en ai fait une chanson.

Gaston-le-ver-de-terre.jpg

Ah ! La cigale de La Fontaine ne risquerait plus aujourd’hui de crier famine. (A la vérité, les cigales ne se sont jamais nourries de vermisseaux, mais c’est une autre histoire…)

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
arbon

Voici une nouvelle image, moins gore, plus dans l’esprit de la chanson

anonyme

ce tas de vermine pourrait illustrer UNE CHAROGNE mais ne peut en rien évoquer LA CIGALE ET LA FOURMI

Prochains spectacles
VSRP: No data available
Archives