Vœux tardifs

Ce sont des vœux (très) tardifs que je viens de recevoir, mais qui m’ont fait grand plaisir. Il se composent d’une dizaine de souhaits, parmi lesquels je retiens celui-ci :
« Que de temps à autre tu aies le temps de t’asseoir sur une petite chaise confortable au milieu de ta cour intime, pour respirer profondément, regarder tes fleurs, et fumer va savoir quoi… »
Pour moi qui n’ai jamais fumé grand chose d’autre que du tabac, voilà que cela réveille en moi la nostalgie d’une bonne cigarette. Oui, fumer en rêvant. Pas de ces bouffées que l’on tire nerveusement pour tenter de soulager son stress, mais une inhalation profonde, assumée, tranquille, qui vous descend jusqu’au fond des poumons et vous étourdit comme une gorgée d’alcool.

Et aussi cet autre :
« Que ton corps soit pris par des émotions intempestives et que tu te retrouves à caresser des rêves, ou d’autres choses… »
Là, le corps de mon amour suffira.

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bruno SERIGNAT

Je te comprends : je fais ça tous les jours avec un Havane, sans aucun stress, pour le simple plaisir de me dire que je suis encore vivant et à peu près en équilibre avec mon environnement proche…