des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Ceux de mes amis qui s’émeuvent le plus volontiers la bile sur facebook sont pour la plupart des célibataires mâles. Ils s’invectivent autour de Macron, de l’Islam, du réchauffement climatique, de la corrida, du harcèlement sexuel, du glyphosate, et de maint autre sujet que l’actualité ne manque pas, chaque jour que Dieu fait, de passer et repasser sous leurs yeux de citoyens irritables.

S’ils avaient comme moi la chance de vivre en couple, ils se rendraient compte que l’horizon de leurs intérêts est finalement assez réduit, et qu’à côté des questions politiques, sociales ou religieuses, il en existe des quantités d’autres qui ouvrent à l’existence des perspectives inédites, grandioses quelquefois, poétiques souvent.

Exemple : une personne très chère à mon cœur déclare : — J’ai perdu trois kilos et je rentre à nouveau dans du 38. J’en suis contente car à partir du 40, les marchands de vêtements te font des pantalons où tu peux rentrer avec trois fesses.

Cette notion de troisième fesse ne m’avait jamais effleuré l’esprit. Mais par la grâce de ce propos apparemment anodin, je me mets à vagabonder mentalement à l’écart des sentiers battus. Des postérieurs multipliés m’entraînent loin de la banalité des discussions ordinaires. Je m’empare de points de vue neufs sur le monde, et je redécouvre à quel point nos ratiocinations continuelles manquent cruellement de volume et de chair.

2 réponses à Trois fesses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives