des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Allongé dans mon lit, les yeux fermés, j’ai posé ma main sur le haut de ma tête. A travers mes maigres cheveux, et le cuir (chevelu malgré tout) qu’il y a dessous, je sens mon crâne. 

En fait je tiens mon crâne dans ma main. Je masse mes tempes, j’appuie, je tâtonne, je caresse. Je cherche les traces de mes fontanelles. Tout un cortège de sensations méditatives se met en branle sous la pression de mes doigts. 

Je deviens à la fois Hamlet et Yorick, et soudain, du pariétal au métatarse, mon squelette s’éveille et je ne sens plus que mes os.

2 réponses à Tenir son crâne

  • Quand j’aurai du vent dans mon crâne
    Quand j’aurai du vert sur mes osses
    P’tête qu’on croira que je ricane
    Mais ça s’ra une impression fosse…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives