des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

C’était samedi, quarante huit heures après l’attentat de Nice. Une lamentable controverse politique envahissait écrans et réseaux. J’ai ouvert une vieille armoire remplie de livres, et j’en ai tiré un volume recouvert de papier cristal, que j’ai commencé à feuilleter. Sous la plume d’un certain Guiraut Riquier, né à Narbonne dans le deuxième quart du XIIIè siècle, j’ai lu :

Bien devrais cesser de chanter
Car au chant convient l’allégresse
Et tant m’étreignent les soucis
Que de toute part j’ai douleur
Rien ne m’est que source de pleurs (…)

Rien ne peut-on voir ou entendre
Que grimaces de bateleurs
Poussant de grands cris sans décence.
Car tout ce qui offrait la gloire
Est tombé au fond de l’oubli.
Peu s’en faut que sombre le monde.

Et comme pour faire un écho plus précis à la triste et terrible actualité :

Nous devons craindre grand péril
De double mort présentement :
Que Sarrazins aient la victoire,
Et Dieu nous laisse en abandon.
Et divisés comme nous sommes
Vite serons-nous terrassés :
Ils ne connaissent leur devoir
A ce qu’il paraît, nos bons maîtres.

Nos craintes, nos hantises, nos colères, nos tristesses sont les mêmes. En huit cents ans, la France n’a pas changé.

troubadoursLes Troubadours, éditions Egloff, Fribourg, et LUF, Paris 1946.

Une réponse à Peu s’en faut que sombre le monde

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives