des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Te souviens-tu des espaces
Par nous deux parcourus
De nos grands vols de rapaces
Furtifs et éperdus
Elles ne valaient pas bien cher
Nos vies de malappris
Mais nous sautions les barrières
Pas vus pas pris

Nous tenions en équilibre
Sous des ciels de hasard
Résolus à vivre libres
Au milieu des radars
Nous connaissions les passages
Vers l’ombre et vers l’oubli
Pour sûr qu’on n’était pas sages
Pas vus pas pris

Et nous jetions nos carcasses
Dans les replis du vent
Ceux qui nous prenaient en chasse
Nous les semions souvent
L’or luisait dans la poussière
Sous nos pieds éblouis
Et nous sautions les barrières
Pas vus pas pris

street tease© nonclickableitem

Nous migrions vers des zones
A l’écart des réseaux
Sous les saules et les aulnes
En suivant les ruisseaux
Escamotant la grisaille
Et les miroirs ternis
Nous nous glissions dans les failles
Pas vus pas pris

Nous découpions les frontières
Selon les pointillés
Les gens nous regardaient faire
Les yeux écarquillés
Nos enjambées étaient vastes
Et dans nos corps blanchis
Le temps coulait avec faste
Pas vu pas pris

Et nous jetions nos carcasses
Dans les replis du vent
Ceux qui nous prenaient en chasse
Nous les semions souvent
L’or luisait dans la poussière
Sous nos pieds éblouis
Et nous sautions les barrières
Pas vus pas pris

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives