des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Souvent, je me crois objectif : je crois que les choses de la vie qui m’arrivent, je les vois telles qu’elles sont ; que je me tiens face à elles sans curiosité particulière, sans désir, sans rejet ; qu’elles composent les éléments d’un décor dans lequel j’évolue ; et que je ne cherche pas à interférer plus que cela avec elles.

Mais je sais bien qu’en même temps je ne peux m’empêcher de les voir telles que je voudrais qu’elles soient : je les peins de la couleur que j’aime, je les transforme à ma guise, je tire sur celle-ci, j’ignore celle-là, j’arrange le tout comme il me convient le mieux, et je me glisse dedans comme dans un lit plus ou moins bien refait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives