des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Je m’intéresse toujours aux nouvelles du Royaume-Uni, mais l’histoire sans fin du Brexit finit par me lasser quelque peu. Boris Johnson, qui devait « mourir dans un fossé » si son pays n’était pas sorti de l’Union Européenne le 31 octobre, saura cette semaine s’il a gagné son pari en provoquant des élections anticipées. J’ai tendance à penser que oui. Il va conforter son pouvoir comme Premier Ministre. The Guardian (qui est ma source principale d’information sur cette affaire) s’en horrifie et le décrit comme l’un des plus grands menteurs de tous les temps. C’est tout-à-fait possible, mais précisément, je pense à ce jugement de Napoléon sur Metternich : « Il est tout près d’être un homme d’Etat : il ment très bien. »

Une réponse à Johnson et Metternich

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives