des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Aylan, côte turque, 2 septembre 2015

L’errance des migrants de l’Aquarius, la séparation des enfants des familles de clandestins par les autorités américaines : que d’émotions et d’indignations suscitées à nouveau ces derniers jours dans les opinions occidentales, déchirées entre la crainte d’une invasion de masse et le devoir de secours et d’humanité vis-à-vis de personnes en détresse !

C’est Mark Twain qui remarquait que « pendant des siècles, la “fraternité entre les hommes” a été encouragée – le dimanche. Et le “patriotisme” tous les jours de la semaine. »

Si le malaise est si grand, c’est qu’il est contradictoire, et qu’il traverse au fond chacun de nous. Même Trump n’a pu tenir sa position. — Do you have kids, Mr President ? Et j’ai lu dans Le Monde que la municipalité FN du Luc-en-Provence, qui s’était opposée l’an dernier, à coups de motions et de pétitions, à l’installation d’un centre de migrants, l’avait finalement plutôt bien toléré : — En fait, ce sont des gens comme les autres. Je pense qu’on aurait dû attendre avant de signer.

Naguère, tous ces sentiments mêlés, j’en avais fait une chanson.

Une réponse à Fraternité et patriotisme

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives