« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Un mien ami annonce sur Facebook le décès de sa mère. Une dame lui répond : « Mes sincères condoléances à votre Maman.»

J’ai d’abord pensé que cette dame faisait erreur, mais au fond, peut-être pas. Si, comme l’affirme Baudelaire, « les morts, les pauvres morts ont de grandes douleurs », on ne songe que trop rarement à leur dire qu’on y prend part.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Joëlle

S’il est encore temps de vous les présenter, mes sincères condoléances. J’aimais beaucoup votre maman.

Prochains spectacles
Archives