des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

© ESO L. Calçada/M. Kornmesser

​Quelque part à 130 millions d’années-lumières, dans la galaxie NGC 4993, deux étoiles à neutrons ont fusionné, provoquant « une lumière très intense pendant plusieurs heures, des éclairs en infrarouge et rayons X, une bouffée d’une seconde de rayons gamma (les ondes électromagnétiques les plus énergétiques qui soient) et aussi, pour la première fois en association avec ces messagers cosmiques, une secousse d’onde gravitationnelle ». C’est un article du Monde (signé David Larousserie) qui nous l’apprend.

L’article poursuit en expliquant que cette secousse « est une vibration de l’espace-temps causée par un remue-ménage cosmique extrême, comme la chute d’un caillou fait vibrer la surface de l’eau ». Je trouve cette phrase admirable. L’assimilation à laquelle elle procède entre un remue-ménage cosmique extrême et un caillou qui tombe dans l’eau est astronomiquement et poétiquement fascinante. L’univers est comme la surface lisse d’un étang. Un choc le fait vibrer dans toutes ses directions jusqu’à ses rives. La totalité du monde est ébranlée par un caillou. Le plus puissant cataclysme qui se puisse concevoir nous parvient comme un rond dans l’eau.

Une réponse à Cataclysme et rond dans l’eau

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au blog

Archives