des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire
La semaine dernière, dans mon billet sur Claude Lévi-Strauss, j’ai associé dans la même phrase les mots infiNité et infiMité. Je les écris comme ceci aujourd’hui car, compte-tenu de la typo utilisée, il parait que plusieurs lecteurs n’ont pas vu la jambe supplémentaire du m d’infiMité, et n’ont pas bien compris ce que je voulais dire.


Voilà une jambe qui fait en effet une sacrée différence. De l’infini à l’infime, son pouvoir est immense. Cette botte de sept lieues graphique vous fait passer, quand on la chausse, du gigantesque au minuscule. Si on l’enlève, le ver de terre devient la totalité des étoiles.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives