« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

SB66.jpg

Ata Get publie sur Facebook, sous le titre “Smoking blues”, des portraits de femmes fatales et ardentes qui peuplent, en fumant des cigarettes ambiguës, des lieux nocturnes, fantasmatiques.

J’ai eu envie d’écrire une chanson qui fasse écho à la multiple nostalgie de ces images. J’en livre ici une version temporaire. Ni les arrangements, ni bien sûr le mixage ne sont aboutis. Oji n’aime pas mes pads, qu’il trouve trop présents, et parfois de mauvais goût. Il n’en reste pas moins que, telle qu’elle est, l’atmosphère qui émane de ce clip n’est pas très éloignée de ce que je cherche à obtenir.

 

Elles avaient le ventre vagabond Un peu de tabac dans les poumons Et grillaient leurs vies d’un sexe à l’autre Se trouvait-on sur leur trajectoire Qu’on risquait sans s’en apercevoir D’être consumés comme les autres C’étaient des créatures sublimes Femmes de flamme de ferveur de frime De nuits fatales et de fureurs jalouses L’incandescence de leurs poses abstraites Une indécence sous leurs cigarettes Allumaient dans leurs yeux le smoking blues

Elles passaient en volutes élégantes Dessinaient des courbes extravagantes Soufflaient autour d’elles le chaud le froid Elles vous envoûtaient des nuits entières En jouant des lèvres et des paupières Et s’octroyaient d’un coup tous les droits C’étaient des créatures sublimes Femmes de flamme de ferveur de frime De nuits fatales et de fureurs jalouses Elles exhalaient leur vague désespoir Comme une nostalgie en bleu et noir Comme un hautain et tendre « smoking blues »

Smoking blues

La fumée montait de leurs blessures Et se mêlait à leurs chevelures En voluptés âcres et brouillées Au matin elles reprenaient leur route Ecrasant votre cœur en déroute Comme un mégot dans un cendrier C’étaient des créatures sublimes Femmes de flamme de ferveur de frime De nuits fatales et de fureurs jalouses L’incandescence de leurs poses abstraites Une indécence sous leurs cigarettes Allumaient dans leurs yeux le smoking blues

Smoking blues

S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
ANTOINE AYGALINC

Merci Jean-Pierre Arbon !!!

arbon

Merci Sébastien !

Sébastien Ayreault

Très beau ce smoking blues. Me plait drôlement.
(On s’est rencontré hier soir au salon, Au Diable Vauvert… Loin du monde….)

femme russe nancy

Ha ha ! Bravo ! Super l’article ! Que d’inspirations je dirais !

arbon

merci…

Alain

Du grand Arbon. Comme on l’aime. Évocateur, minimaliste et sensuel….

Prochains spectacles
Archives