des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

MiB.jpg

Je découvre que l’ami Béra s’intéresse aux chats. Je l’ignorais, mais cela ne me surprend guère, vu sa dévorante et panoramique curiosité intellectuelle.

Il cite sur sa page Facebook une petite maxime charmante tirée d’un très court ouvrage d’Hippolyte Taine (1828-1893), Vie et opinions philosophiques d’un chat :

« Celui qui mange est heureux ; celui qui digère est plus heureux ; celui qui sommeille en digérant est plus heureux encore. Tout le reste n’est que vanité et impatience d’esprit. »

Il précise que c’est le chat qui parle, mais je vois bien qu’il y a là une sorte de posture idéale de quiétude dont la profonde sagesse l’a touché. S’assoupir après avoir joui est le bonheur des rustres et des vrais philosophes. Le plaisir est source de vertu. La vie est un banquet, la mort une somnolence post-prandiale. Finalement, la perte de connaissance est bienheureuse.

la-sieste-du-chat.jpg

Une réponse à Le chat qui digère

  • Le chat de Taine a bien raison : on ignore souvent l’importance cruciale de la digestion pour notre santé – et par conséquent pour notre bien-être et notre sommeil… (Selon les naturopates, 80% des
    désordres et des maladies proviendraient d’un dysfonctionnement du système digestif…).
    Mais ce chat philosophe ne veut-il pas signifier que pour être heureux il faut digérer bien son repas, mais aussi sa vie et les événements qui la jalonnent ?
    Or certains faits nous restent parfois sur l’estomac… Cette expression traduit parfaitement le fait que le système digestif, qui est en interaction étroite avec cerveau (via le nerf vague), subit
    les contrecoups du stress et des chocs émotionnels. D’ailleurs, on dit qu’il est notre « second cerveau ». Ces deux organes sont les seuls de notre corps à posséder leur propre système nerveux, et
    possèdent neurones et neurotransmetteurs. Parmi ces derniers, la sérotonine, responsable de la bonne humeur, serait produite essentiellement dans nos entrailles…
    Donc, selon mon interprétation, sont heureux selon le chat de Taine… ceux qui connaissent l’art de manger ce qui convient à leur estomac, et qui sont assez philosophes pour accepter ce qui leur est
    servi au banquet de la vie. Une bonne digestion a à n’en pas douter des effets vertueux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives