des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire
– Il parle français comme Marcel Pagnol !

Je dois à Gérard Prévost cette merveille de “non-sense”, où l’absurde finit par se multiplier par lui-même. C’était, me dit-il, l’une des plaisanteries les plus en vogue parmi les membres du Grand Orchestre du Splendid (dont il est l’un des fondateurs). Pour désigner quelqu’un qui s’exprime mal, on le compare donc à un maître de notre langue, et on arrive à signifier le contraire de ce qu’on dit…

Petite explication à l’usage de mes lecteurs qui ne saisiraient pas la subtilité de la blague : l’expression d’origine, “parler français comme un basque espagnol” – c’est-à-dire baragouiner un français infâme, je ne sais pourquoi les basques espagnols ont cette réputation -, devient par assimilation phonétique “parler français comme une vache espagnole” (ce qui renforce le propos). En poussant encore d’un cran, et en substituant Marcel Pagnol à “vache espagnole”, on atteint à cette grandiose et paradoxale formulation. La langue de Marcel Pagnol devient le degré zéro de la langue de Molière.

vache espagnole
Notons qu’au Spendid, ils sont allés encore plus loin : l’assimilation “vache” et Marcel Pagnol étant acquise, et les vaches étant connues pour pisser dru, ils disaient, les jours de mauvais temps: “Il pleut comme Marcel Pagnol”.

Une réponse à La gloire de Marcel

  • En revanche, dire que l’on parle anglais comme Marcel Pagnol serait malvenu, puisque la profession de celui-ci était d’enseigner cette langue. Reste à savoir si son accent méridional faisait bon
    ménage avec les intonations propres à nos voisins d’Outre-Manche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives