Inoï

Concélébration

Les jésuites disposent, dans les collines entre Athènes et Corinthe, d’une résidence qui peut accueillir une cinquantaine de personnes. Le lieu se nomme Inoï. C’est là que mon ami Maurice organise chaque été depuis 2009 des sessions sur « Socrate et Saint Paul hors les murs », après que la Compagnie eut décidé, à la suite de plusieurs séjours mouvementés qu’il avait faits dans les endroits les plus “chauds” de la planète (Ruanda, Darfour), de l’envoyer en Grèce voir ce qui s’y passait.

Ces sessions se proposant d’approfondir les racines du christianisme, et par suite celles de la civilisation occidentale, on y trouve au menu : histoire, théologie, philosophie, littérature, mais aussi baignades, marches, excursions, rencontres. Cela dure huit jours et c’est ouvert à tous ceux que cela intéresse.

Nous y sommes allés, Claudine et moi, en juillet. Moi qui n’ai pas un tempérament très religieux, je craignais de me trouver là comme un skieur débutant face à des pistes noires. J’y ai passé huit journées formidables. Non que je sois reparti avec une foi en béton : je ne me sens toujours pas concerné par des pans entiers du dogme catholique, et je reste sceptique à l’égard de bien des mystères auxquels l’Eglise nous enjoint d’adhérer. Mais il y avait tellement de chaleur, de bienveillance, de qualité d’être chez toutes celles et tous ceux qui étaient rassemblés pour cette aventure que je me suis dit, en pensant au mot de Brel : « Dieu, c’est les hommes », qu’à Inoï au moins, il avait raison.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires