des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

brassens-ombre.jpg

J’ai dit il y a six mois (voir la fanfare de Brassens) ce que j’avais à dire sur la mort de Brassens. Pourtant, en ce jour anniversaire, je m’en voudrais de ne pas saluer l’ami intime et collectif qu’il était, et qu’il est, pour nous tous devenu.
J’ai donc choisi de faire entendre une chanson de lui posthume et peu connue (interprétée par Jean Bertola). Orage, loup, bergère, moutons, elle renvoie à l’univers des fables. Et le refrain traduit précisément la pensée que m’inspire sa disparition : Dieu, s’il existe, il exagère.


Que Tonton Georges veuille bien accepter que j’ajoute un demi-couplet en forme de codicille :
Je voudrais que tous se souvinssent
Que bien trop tôt sous les fougères
Il étendit l’ami Brassens :
Dieu, s’il existe, il exagère

Une réponse à Dieu, s’il existe, il exagère

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives